Avenue du Fort Jaco

Avenue du Fort Jaco

Mais au fait, pourquoi ce nom de Fort Jaco alors qu’il n’y a pas trace d’un quelconque fortin et encore moins d’un dénommé Jaco dans le quartier ?

 

Le nom remonte au XVIIIe siècle, lorsqu’en 1705 Maximilien-Emmanuel de Bavière, qui gouvernait alors nos régions, décide de faire bâtir un fort pour protéger une des voies d’accès à Bruxelles.

 

Les Français ont bombardé la ville dix ans plus tôt et la guerre de succession d’Espagne qui vient de débuter relance les hostilités dans toute l’Europe.

Le fortin doit son nom populaire à Jacques Pastur, un mercenaire qui avait son camp dans la forêt de Soignes à la fin du XVIIe siècle. Il n’a pourtant jamais mis les pieds au « Fort Jaco », mais il avait laissé un bon souvenir aux paysans de la région qui nommèrent la place forte en son honneur. Le fort fut finalement démantelé en 1820 et le quartier conserva le nom de Fort Jaco jusqu’à nos jours.

 

Jacques Pastur dit Jaco, est un militaire né au Roussart (hameau de Waterloo), baptisé en l'église de Braine-l'Alleud le 12 juin 16591 et décédé à Waterloo en 1723. Il parvint de simple cornette au service du roi d'Espagne, à atteindre le grade de "mestre de camp"2. Lorsqu'il fut intégré à l'armée du roi de France, il y fut nommé général et maréchal de camps3 en 1716.

 

Il mit son épée au service du roi d'Espagne, souverain des Pays-Bas, puis quand le roi d'Espagne fut le duc d'Anjou, sous le nom de Philippe V, petit-fils de Louis XIV, il continua à le servir et se mit dans le camp du roi de France, en particulier durant la Guerre de Succession d'Espagne. Son nom reste attaché à la forêt de Soignes et à sa région natale où il eut l'occasion de s'illustrer ; il a donné son surnom, "Jaco", au fort Jaco aujourd'hui disparu.

 

http://www.lesoir.be/…/fort-jaco-compromis-ideal-entre-vill…

Copyright Kerkour Leila 2016