Avenue du Lycee Francais

Avenue du Lycée Français

Avenue du Lycée Français

 

Histoire du Lycée Français à Bruxelles puis à Uccle

 

Le 5 décembre 2007, le lycée français Jean-Monnet a célébré ses cent ans.

 

Les manifestations ont été l’occasion de rendre hommage à tous ceux qui ont permis à cet établissement de passer en cent ans, d’une petite école près de la gare du Midi scolarisant 88 garçons à un lycée mixte de 2 800 élèves sur un parc de plus de 4 ha dans la commune d’Uccle.

 

Lycée français de Bruxelles Jean-Monnet

Avenue du Lycée Français, 9 à Uccle

 

Le lycée français Jean-Monnet, surnommé « LFB ou LFJM », se situe à Bruxelles (sur la commune d'Uccle), en Belgique.

 

Il fut créé en 1907. Il accueille aujourd'hui près de 2 800 élèves de la maternelle à la terminale. Il suscite un engouement auprès des classes préparatoires françaises du fait du bon niveau de ses élèves (cf. le taux de mentions au baccalauréat) et de la mixité culturelle qui y règne (section européenne, option internationale du baccalauréat, Bachibac...).

 

L'établissement est géré directement par l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger.

Le proviseur est depuis 2013 Évelyne Régniez

 

http://www.lyceefrancais-jmonnet.be/

 

Un très beau site sur 14-18 fait par le lycée Français

http://www.lyceefrancais-jmonnet.be/14-18/

 

Jean Monnet

 

Jean Omer Marie Gabriel Monnet, né le 9 novembre 1888 à Cognac et mort le 16 mars 1979 à Houjarray, dans les Yvelines est un fonctionnaire international français, un agent d'influence au service des Alliés durant la Seconde Guerre mondiale, un des artisans de la planification française au moment de la reconstruction, et un des principaux fondateurs de l'Union européenne.

 

Promoteur de l'atlantisme, du libre-échange et d'une disparition des États-nations au profit d'une Europe fédérale sur le modèle des États-Unis, il est considéré comme un des pères de l'Europe, mais aussi, depuis la déclassification de certaines archives américaines, un promoteur des intérêts américains en Europe.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Monnet

 

Nos voisins français toujours plus nombreux en Belgique

14 juillet en Belgique - © RTBF Info

 

Bonne fête nationale aux Français, particulièrement aux Français de Belgique ! Ils sont toujours plus nombreux à se laisser séduire par notre pays, au point de venir y vivre. Alain Lefebvre habite en Belgique depuis une dizaine d’années. Peu après son arrivée, il a fondé le magazine "Juliette et Victor", un bimensuel destiné en première ligne aux Français de Belgique.

 

Un "décodeur" pour les Français

 

"Les Français qui arrivent en Belgique pensent qu’ils sont en France. Ce n’est pas du tout un département français. Il y a des mœurs différentes. Les repas ne sont pas pris aux mêmes heures, la langue n’est pas rigoureusement la même… C’est la raison pour laquelle nous avons créé un décodeur pour les Français !" explique Alain Lefebvre.

 

La première communauté étrangère

 

Depuis la création du journal en 2007, 100 000 Français supplémentaires ont débarqué en Belgique. Les lecteurs potentiels ne cessent de croître. De 2007 à 2015, le nombre de Français inscrits au Consulat général de France général à Bruxelles a augmenté de 49,1 %. La communauté française de Belgique est estimée à 230 000 – 250 000 ressortissants. Elle se place devant les Italiens et les Néerlandais.

 

Attrait pour le centre

 

Toujours selon les chiffres du Consulat général de France à Bruxelles, 55 % des Français résident au centre du pays (dans les deux Brabants ou à Bruxelles). Uccle arrive en tête du classement des communes de la capitale "les plus françaises" avec ses 8715 ressortissants inscrits sur les listes consulaires. Viennent ensuite Ixelles, Bruxelles-ville, Schaerbeek, Saint-Gilles et Etterbeek.

 

Les Français et la Wallonie

 

Les Français aiment également la Wallonie. Principalement les régions frontalières du Hainaut et les grandes villes comme Tournai, Liège et Mons. La répartition géographique des étudiants français en Belgique est très inégale. Pour l’année 2013 -2014, le consulat dénombrait seulement 433 étudiants français en Flandre contre 7500 en Wallonie et à Bruxelles.

 

Des briques françaises

 

Les Français n’hésitent pas à investir dans l’immobilier belge. Blandine Tallibert, elle-même française, travaille pour une agence dans laquelle 40 % de la clientèle est originaire de l’Hexagone. "Les Français ont confiance dans le marché belge, dans le rendement de l’immobilier. La Belgique offre de nombreuses possibilités d’investissement" explique-t-elle.

 

Attaché(e)s à la Belgique

 

Au-delà des avantages fiscaux indéniables, qu’est-ce qui motive les Français à venir s’installer chez nous ? France Soubeyran a travaillé pendant plus de 30 ans à la Commission européenne. Aujourd’hui retraitée, elle n’a aucunement l’intention de partir. "Je n’ai pas du tout envie de quitter la Belgique. Les Belges sont très gentils et leur surréalisme est très attirant. Il y a toujours des choses à découvrir" dit-elle.

 

Une qualité de vie

 

Grégoire Gervais d’Armagnac est parisien. Avec son épouse, il a ouvert il y a quelques années un restaurant aux saveurs françaises à Ixelles. "Ce qui m’a attiré en Belgique c’est la qualité de vie avec nos enfants. La cuisine française nous manquait. Nous avons concilié les deux !" dit-il.

La plupart des ressortissants français ont moins de 40 ans et sont actifs sur le marché du travail (plus de 70 %).

 

https://www.rtbf.be/…/detail_nos-voisins-francais-toujours-…

Copyright Kerkour Leila 2016