Place Emile danco

Place Emile Danco

Le quartier du "GLOBE" porte ce nom grâce à Émile DANCO.

 

29 novembre 1869 Décès 5 juin 1898 (à 28 ans)...

 

Émile Danco est un explorateur belge. Diplômé de l'école royale militaire, et ami personnel d'Adrien de Gerlache de Gomery, il intégra naturellement l'expédition polaire belge de ce dernier qui réussit le premier hivernage en Antarctique à bord de la Belgica (1897-1899).

Responsable des observations relatives à la physique du globe (ce qui explique cela!), Émile Danco décédera d'une affection cardiaque pendant l'hivernage.

Ses observations et travaux seront repris par Georges Lecointe, second de la Belgica.

Une place de la commune d'Uccle, une région en antarctique et l'astéroïde (9812) Danco portent son nom. La 145e Promotion Polytechnique (1990) à l'Ecole Royale Militaire de Bruxelles porte son nom.

 

La Belgica (nom féminin) était un navire d'exploration scientifique belge connu pour avoir été utilisé lors de l'expédition antarctique belge d'Adrien de Gerlache de Gomery.

Il existe un autre navire nommé Belgica, en service actuellement dans la composante marine des forces armées belges: le Belgica (A962).

 

L'anecdote veut que le navire historique soit féminin (« la » Belgica), l'actuel est masculin (« le » Belgica).

 

La Belgica est à l'origine un baleinier norvégien, trois-mâts barque, nommé La Patria, construit en 1884. Elle est achetée en 1896 par le commandant Adrien de Gerlache de Gomery, rebaptisée Belgica en vue d'une expédition polaire internationale, sous l'égide belge en Antarctique. Dans ce but, elle subit quelques modifications dont des renforts de coque et de gouvernail afin de résister à la glace, une nouvelle hélice et une nouvelle chaudière. Enfin, un rouf destiné aux laboratoires est construit sur le pont. Ce fut le premier bateau et les premiers hommes qui hivernèrent en Antarctique, de 1897 à 1899. Le rouf fut démonté à l'issue de l'expédition et exposé au Muséum de Paris. Y participèrent Roald Amundsen, Henryk Arctowski, Frederick Cook, Émile Danco et Émile Racovitza.

 

Elle a sombré dans les eaux norvégiennes le 19 mai 1940 sous le feu de l'aviation allemande lors des batailles de Narvik. Le navire gît par 22 mètres de fond ; il a été retrouvé en 19901,2. Certains envisagent un renflouement mais il sera délicat car l'épave contient encore de nombreux explosifs.

 

Officiers et scientifiques:

Adrien de Gerlache, officier de marine, commandant (Belge)

Georges Lecointe, officier d'artillerie, premier lieutenant (Belge)

Roald Amundsen, officier de marine, second lieutenant (Norvégien)

Jules Melaerts, officier de marine, troisième lieutenant (Belge)

Henryk Arctowski, géologue, océanographe et météorologue (Polonais)

=> Émile Danco, physicien du globe (Belge)

Emil Racoviță, zoologiste et botaniste (Roumain)

Antoine Dobrowolski, météorologue (Polonais)

Frederick Cook, docteur en médecine, photographe (Américain) (rejoint l'équipage à l'escale de Rio)

 

Robert Falcon Scott, né le 6 juin 1868 près de Plymouth et mort le 29 mars 1912 sur la barrière de Ross en Antarctique, est un officier de la Royal Navy et un explorateur polaire britannique, considéré comme l'une des principales figures de l'âge héroïque de l'exploration en Antarctique, pour lequel il dirige deux expéditions : l'expédition Discovery (1901-1904) et l'expédition Terra Nova (1910-1913). Au cours de la seconde, Scott mène un groupe de cinq personnes au pôle Sud le 17 janvier 1912. Pensant être les premiers à réussir cet exploit, ils découvrent que l'expédition norvégienne de Roald Amundsen les avait précédés de quelques semaines. Sur le chemin du retour, tous vont mourir d'épuisement, de faim et de froid.

 

Avant sa nomination à la tête de sa première expédition, Scott suit une carrière d'officier de marine classique, mais en temps de paix, les possibilités d'avancement professionnel restent limitées. C'est davantage l'occasion d'obtenir une distinction personnelle qu'une prédilection pour l'exploration polaire qui conduit Scott à postuler pour le commandement du RRS Discovery1. Toutefois, après avoir franchi cette étape, son nom est devenu indissociable de l'Antarctique, sujet auquel il reste attaché les douze dernières années de sa vie.

Après sa mort, Scott devient un héros au Royaume-Uni, un statut indiscuté pendant plus de cinquante ans et illustré par les nombreux mémoriaux érigés en son honneur à travers le pays. Cependant, sa légende est réévaluée avec plus de scepticisme dans les dernières décennies du XXe siècle, à mesure que les causes de la tragédie mettent en avant l'ampleur de la responsabilité de Scott. Il devient une figure controversée, dont la compétence et le caractère sont débattus. Par la suite, les historiens du XXIe siècle ont dans l'ensemble considéré Scott de manière plus positive, en insistant sur sa bravoure personnelle et son stoïcisme, tout en reconnaissant ses erreurs, mais attribuent le sort de son expédition principalement à la malchance.

Copyright Kerkour Leila 2016