Restaurants Etoilés

Restaurants étoilés à Uccle

Il n’y a pas de mal à se faire du bien, et tant qu'à le faire autant bien le faire!

 

Il y a trois restaurants étoilés à Uccle:

 

LE PASSAGE

 

Une étoile MICHELIN : une cuisine d’une grande finesse. Vaut l’étape !

 

Guide MICHELIN

Rocky s'est trouvé un "ring" à sa mesure pour donner son interprétation personnelle et... percutante de la gastronomie classique. Ses saveurs ont du punch ! La cave à vins est ouverte sur la salle.

 

Les inspecteurs du guide MICHELIN

• Adresse av. J. et P. Carsoel 17, 1180 Uccle

• Téléphone +3223746694

• Email restaurant@lepassage.be

• Site web http://www.lepassage.be

 

 

LE PIGEON NOIR

 

Une étoile MICHELIN : une cuisine d’une grande finesse. Vaut l’étape !

 

Guide MICHELIN

Il règne ici une authentique atmosphère de café de village, chaleureuse et conviviale : un vrai petit nid, d'autant plus plaisant qu'on y propose une généreuse cuisine traditionnelle. Et si la simplicité prévaut dans les assiettes, c'est qu'elles cultivent l'essentiel : nulles fioritures, mais du goût ! Un conseil : essayez le pigeon, il est succulent...

 

Les inspecteurs du guide MICHELIN

• Adresse r. Geleytsbeek 2, 1180 Uccle

• Téléphone +3223752374

• Email info@demol.be

• Site web http://www.lepigeonnoir.be

 

Dans le fond d’Uccle sommeille un Pigeon noir, depuis 1850. A côté d’un terrain de pétanque, dans une petite ruelle guère fréquentée. Ici, la cuisine des terroirs est à l’honneur et le chef vous fait la plus belle présentation des suggestions du jour.

 

=>Pour l'anecdote: "le Pigeon noir" tient son nom de ses premiers fidèles, des colombophiles!

 

 

 

LE CHALET DE LA FORET 2 étoiles

 

Deux étoiles MICHELIN : une cuisine d’exception. Vaut le détour !

 

Guide MICHELIN

Un chalet avec une jolie terrasse en lisière de la forêt de Soignes, qui allie élégance et raffinement. La cuisine possède un cachet particulier : une soigneuse combinaison de classicisme et de créativité, de finesse et de générosité... La garantie d'intenses sensations !

 

Les inspecteurs du guide MICHELIN

 

Le Chalet de la Forêt

Drève de Lorraine 43

1180 Uccle, Belgique

http://www.lechaletdelaforet.be/

De 107 EUR à 153 EUR

 

 

 

Et à proximité mais ce n'est pas sur Uccle..

 

LA VILLA LORRAINE - LA VILLA 1 étoile

 

Histoire du guide Michelin!

 

Le Guide Michelin, souvent surnommé Guide rouge, est un livre sous forme d'annuaire et guide gastronomique hôtelier et touristique lancé au début du XXe siècle par la société des pneumatiques Michelin, qui en est toujours l'éditeur et le revendique en ornant sa couverture du célèbre Bibendum.

 

Il est souvent complémentaire pour les touristes, au guide vert Michelin décrivant les principales visites et curiosités régionales intéressantes, ainsi que des cartes Michelin des routes et d'orientation, s'adjoignant elles-mêmes depuis quelques années au GPS.

 

L'ensemble des cartes Michelin et IGN, guide vert touristique et guide rouge peut se juxtaposer facilement, étant pratique à ranger grâce à leur format identique allongé en hauteur.

 

Le guide sélectionne chaque année, selon ses critères, les hôtels (plus de 4 650 en 2010), les restaurants (4 600 en 2014) et les localités proposant le gîte et le couvert, sur lesquels il donne des renseignements et des appréciations (textes brefs, de trois lignes au plus).

 

C'est l'un des plus anciens et des plus célèbres guides gastronomiques du monde. La version française a été vendue, selon son éditeur, à trente-cinq millions d'exemplaires entre 1900 et 2007. Chaque année, ses réalisateurs décernent les « étoiles Michelin » (macarons) qui récompensent les meilleures enseignes

 

Histoire

 

Le premier guide Michelin est créé en 1900 par André Michelin et son frère Édouard. Publié à l'occasion de l'exposition universelle de 1900, c'est alors un guide publicitaire offert avec l’achat de pneumatiques et il est tiré à 35 000 exemplaires pour sa première édition en août 1900.

 

André Michelin s'adresse aux cyclistes mais fait également à cette époque le pari de miser sur le marché automobile encore embryonnaire, la France comptant alors 2 400 conducteurs, pionniers de l'automobile et à qui le guide fournit des informations précieuses : liste des rares garagistes, des médecins, carte routière avec le plan de quelques villes et une liste des curiosités.

En 1904, pour la cinquième édition, apparaît la classification des hôtels et les prix, qui incluent par exemple la fourniture d'une bougie.

 

Jusqu'en 1908, le guide comporte des réclames, les annonces d'hôtels et de mécaniciens. La suppression des publicités est solennellement annoncée : « […] tout comme la femme de César, Bibendum ne doit pas être soupçonné. Cette année, on ne trouvera dans notre guide aucune réclame payante […]».

En 1909, où le tirage grimpe à 76 000 exemplaires, Michelin - qui depuis l'origine fait appel à ses lecteurs par l'intermédiaire d'une fiche de renseignement - lève un coin du voile sur sa façon de prospecter en évoquant les « visites effectuées par (nos) représentants ».

 

Dès la fin de la Première Guerre mondiale, l'automobile va permettre de développer une nouvelle forme de « gastronomie du voyageur ». La RN7, qui permet de descendre sur la Côte d'Azur ou remonter vers le nord de l'Europe, va drainer un tourisme de luxe à partir des trois plus grandes métropoles françaises Paris, Lyon, Marseille.

 

À partir de 1920, le guide n'est plus donné, mais vendu, André Michelin ayant constaté indigné que « les guides envoyés à un stockiste servaient à caler les pieds d'une table ».

 

En contrepartie, les restaurants apparaissent, les informations étant fournies par les clients de Michelin et par les premiers inspecteurs anonymes. Cet ajout des restaurants augmente le nombre de pages, donc le prix de revient du guide. Néanmoins, les indications « mérite un détour » ou « vaut le voyage » doivent en bonne logique inciter les automobilistes à consommer du pneu.

 

La formule payante ne marche pas, peu de personnes se montrant enclines à payer ce qu'elles ont toujours reçu gratuitement. Se retrouvant avec des milliers d'invendus, Michelin les fait distribuer gratuitement aux écoles afin de récompenser les élèves les plus méritants lors de la distribution des prix.

 

L'opération se révèle excellente en termes d'image en valorisant ainsi le guide, qui dès l'année suivante trouvera des acheteurs.

En 1926, le Guide régional Michelin (premier guide touristique Michelin, ancêtre du Guide Vert) et les « étoiles de bonne table » apparaissent pour désigner les meilleurs restaurants.

 

Les guides routiers se multiplient et donnent des renseignements précis sur les haltes gastronomiques.

Le guide Michelin propose même une classification par étoiles. La mascotte de la marque Michelin, le bibendum, est d'ailleurs né d'une idée de Curnonsky, le prince des gastronomes.

 

C'est en 1931 qu'est créé le classement en 1, 2 et 3 étoiles qui récompense d'abord l'axe Paris-Lyon-Marseille (axe de la Nationale 6 et la Nationale 7).

 

Exemple de contenu du Guide Michelin de 1929.

Le terme « macaron » est fréquemment utilisé, à tort, à la place de celui d'« étoile ».

 

Selon Michelin, un ancien journaliste aurait utilisé ce terme pour éviter des répétitions dans un article, créant ainsi cette confusion.

 

En 1940, lors de la bataille de France, les Allemands en première ligne de la Blitzkrieg sont équipés en guide Michelin qui leur facilitent l'invasion française.

 

En 1944, l’état-major allié craint que la progression des troupes après le débarquement de Normandie ne soit ralentie sur les routes et surtout dans les villes françaises, car toute signalisation y a été détruite ou démontée par l’occupant allemand. Avec l’accord secret de la direction de Michelin à Paris, il choisit de faire imprimer à Washington, D.C. et de distribuer à chaque officier une reproduction de la dernière édition du Guide, celle de 1939, car elle comporte des centaines de plans de villes, détaillés et actualisés.

 

L'axe routier de la vallée Saône/Rhône se distingua rapidement par ses nombreux restaurants étoilés. À titre d'exemple, Jean-Robert Pitte indique que dans l'édition 1956 du guide rouge, la moitié des trois étoiles de province se retrouvait à proximité de « l'axe royal », avec sept restaurants, Paris n'en n'ayant que quatre.

 

En 1997 apparaît le Bib Gourmand, qui récompense un repas soigné à prix modéré. Un « Bib hôtel » signale les établissements offrant une prestation de qualité à prix raisonnable.

Le guide sélectionne aussi des maisons d'hôtes (avec un sigle rouge pour les plus agréables).

 

Avec le temps, le nombre de produits offerts par les guides Michelin s'est étoffé. Le site web permet de retrouver les hôtels et restaurants des guides rouges. Une application est disponible pour l'iPhone, qui ne reprend que les restaurants sélectionnés et reste payante, contrairement au site.

 

L'édition 1999 tire encore à 600 000 exemplaires et celle du centenaire atteint le record de 880 000 exemplaires, avant que la révolution numérique fasse chuter l'édition papier. Dans les années 2000, 150 000 exemplaires du guide rouge sont vendus en moyenne chaque année.

Le tirage, ce qui ne veut aucunement dire la vente, serait de 150 000 exemplaires en 2016.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guide_Michelin

Copyright Kerkour Leila 2016